Blog de Sportiw

La BAL, pour développer le basket africain

Issue du soutien de la NBA et de la FIBA, la ligue Africaine de basket-ball (BAL) a vue le jour en 2019. C’est la première fois que la NBA créée une compétition sénior en dehors des États-Unis. Présidée par le Sénégalais Amadou Gallo Fall, vice-président de la NBA, cette compétition a pour objectif de promouvoir le potentiel des jeunes talents issus du continent africain et de développer davantage le basketball sur ce continent. La première édition, initialement prévue en 2020 a dû être repoussée à 2021, à cause de la crise sanitaire mondiale.

LA BAL, imaginée par la NBA

Le continent africain étant considéré comme un « réservoir inépuisable de talents » par la NBA et la FIBA, la « Basketball African League » permettra ainsi à ce dernier d’obtenir une visibilité accrue au niveau mondial. Toutes les entités partageants cette même passion et souhaitants dynamiser le basketball africain à l’échelle internationale.

Cette nouvelle ligue permet en effet aux joueurs Africains de connaître une ascension professionnelle et de promouvoir les talents locaux. Ces joueurs peuvent ainsi évoluer au plus haut niveau chez eux, sans devoir aller dans d’autres pays pour trouver un championnat qui leur correspond.

« Ce programme offrira une autre voie aux prospects africains d’élite pour atteindre leur potentiel en tant que joueurs et en tant qu’hommes »

Amadou Gallo Fall, président de la BAL

Promouvoir les jeunes talents

En alliant leur entraînement avec cette nouvelle compétition, les jeunes talents peuvent ainsi se frotter à la meilleure compétition possible sur le continent Africain et se tirer mutuellement vers le haut. Auparavant délaissés sur l’apprentissage et les entraînements en raison du manque de transports et de fonds, cette compétition permet de pallier à ces problèmes.

Un plaisir pour ces joueurs Africains, qui ont ainsi pu bénéficier de l’apprentissage des techniques et des compétences des entraîneurs de la NBA, tout en pouvant s’améliorer dans leur pays.

« En grandissant comme un enfant, j’ai toujours voulu jouer dans la ligue africaine. L’Afrique va être sur la carte »

Sedard Segamba, joueur des Patriots au Rwanda.

Des enjeux de développement économique

Mais cette compétition comporte aussi un intérêt économique. La BAL se veut être une passerelle entre le monde du sport et toutes les industries qui peuvent contribuer au rayonnement de l’Afrique. L’objectif principal est non seulement de développer le basket et promouvoir de nouveaux talents, mais au-delà, c’est de contribuer au développement socio-économique du continent.

L’industrie du sport doit devenir un véritable moteur de croissance pour l’Afrique dans les années à venir. Car en effet, le continent Africain a encore bien du retard à ce niveau là, où le sport contribue seulement à 0,5% du PIB Mondial contre 2% sur les autres continents. Les banques de développement ont un rôle majeur à jouer, notamment dans le financement d’infrastructures sportives durables.

Deuxième sport le plus pratiqué au monde, le basketball est un sport qui a vocation à unifier et imprégner une influence positive sur toute une société. Quand il est utilisé à bon escient, le basketball est un fabuleux outil pour créer des ponts.

La première édition remportée par Zamalek

Lors de sa première édition en 2021, elle a opposé 12 équipes, parmi elles 6 champions nationaux, à savoir les champions d’Égypte, du Maroc, du Nigeria, de la Tunisie, d’Angola, et du Sénégal. Et six autres équipes ayant passé des qualifications telles que celles du Cameroun, de Madagascar, du Mali, du Mozambique, du Rwanda et d’Algérie. Les équipes ont été réparties en trois groupes, avec les deux premiers ainsi que les deux meilleurs troisièmes qui se qualifient pour la phase à élimination directe. C’est finalement le club de Zamalek qui a remporté cette première édition de la BAL.

Huit équipes ont obtenu leur qualification pour participer à la phase des éliminatoires de la BAL 2022 à l’issue de la phase de groupes.

Quatre équipes de la Conférence du Nil et quatre équipes de la Conférence du Sahara s’affronteront à ce stade pour des places en demi-finale et en finale.

Le REG (Rwanda), l’US Monastir (Tunisie), l’AS Sale (Maroc) et le SLAC (Guinée) sont sortis de la Conférence du Sahara, tandis que le Zamalek (Egypte), le Petro de Luanda (Angola), le FAP (Cameroun) et les Cape Town Tigers (Afrique du Sud) sont sortis de la Conférence du Nil. Les playoffs se dérouleront du 21 au 28 mai au Kigali Arena au Rwanda, où Zamalek tentera de défendre son titre de champion.

Retrouvez tous les dernières actualités sur le basketball à travers la planète sur notre blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.