Blog de Sportiw

Dimitri Pontif : « Un club ne peut pas se contenter de s’appuyer sur les subventions publiques »

Coach mais également entrepreneur en Savoie, Dimitri Pontif s’est livré pour Sportiw sur ses deux passions. Témoignage…

Pourriez-vous d’abord vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Dimitri Pontif et j’ai 35 ans. J’ai commencé à coacher à 19 ans au niveau Pôle Espoir puis par la suite en Nationale 3. J’ai très vite réalisé que je souhaitais diversifier mes compétences et vivre d’autre chose que le basket, qui est tout de même assez instable comme milieu.

J’ai donc commencé en bas de l’échelle, par faire de la mise en rayon dans la grande distribution et petit à petit, on m’a confié des tâches supérieures. Puis j’ai très vite commencé à investir dans l’immobilier et me lancer en tant qu’agent immobilier. J’ai créé ma propre société dans l’immobilier puis une autre entité « Pontif Consulting », société basée dans le développement commercial et qui s’occupe de la stratégie digitale ainsi que de la stratégie commerciale pour des entreprises ou des clubs de sport, c’est à dire trouver de potentiels prospects, etc…

Les premiers clients que nous avions étaient des clubs sportifs. Nous travaillons avec le clubs de Grenoble et Chambéry basket.

Développer son réseau de partenaires, un enjeu majeur pour un club ?

Oui bien sûr que c’est un enjeu majeur à l’heure actuelle ! Auparavant, c’était rare pour les clubs d’engager quelqu’un pour se développer commercialement parlant. Les clubs mettaient l’argent exclusivement dans les joueurs ou alors embauchaient un alternant pour la partie « commerciale ».

« A l’heure actuelle, un club ne peut pas se contenter de s’appuyer sur les subventions publiques. Ces dernières baissent de plus en plus, et ça ne favorise pas la démocratisation du sport en France. »

C’est donc la raison principale pourquoi les clubs se tournent de plus en plus vers des entreprises privées. Cela permet aux clubs d’avoir des fonds privatifs en dehors des subventions publiques.

Qu’est ce qui pousse une entreprise privée à devenir partenaire d’un club ?

Il y a plusieurs choses importantes. En ce qui me concerne, j’étais attaché aux clubs de Grenoble et de Chambéry et c’est la principale raison qui m’a poussé à m’investir dans ces deux clubs. Je connaissais bien les 2 présidents et j’avais entièrement confiance en eux.

Après, je dirai que c’est une question de « feeling », il faut sentir et voir s’il y a de la potentialité ou non dans le club et s’il est prêt à s’entourer de partenaires, pour se développer de manière plus importante.

Vous êtes à la fois entrepreneur et coach, comment réussissez-vous à allier les 2 ?

Et bien, justement, ça commence à devenir de plus en plus compliqué. Il faut savoir très bien s’organiser parce que chaque soir et chaque week-end sont très occupés. Il faut de l’organisation et de l’énergie !

Merci à Dimitri Pontif !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.